Les Châtaignes By Maurice Rollinat

Les Châtaignes

— « Oh ! chère mignonne, tu saignes ! »
Et je suçai son joli doigt,
Comme tout amoureux le doit.
Gare aux piqûres de châtaignes !

Libres des grands et petits peignes,
Ses cheveux flottaient dans l’air froid.
— « Oh ! chère mignonne, tu saignes ! »
Et je suçai son joli doigt.
— « Fi ! c’est mal qu’ainsi tu m’étreignes. »
C’était l’heure où le jour décroît.
— « Laisse-moi bien vite ! on nous voit ! »
— « Ce n’est pas quelqu’un que tu craignes !
« Oh ! chère mignonne, tu saignes. »

:: ADVERTISEMENTS ::
Share:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.