L’Enfant Embourbé By Maurice Rollinat

L’Enfant Embourbé

Il marche. — Le soir vient sournois
Dans la grande plaine de vase
Dont les hôtes, en tapinois,
Se décroupissent de l’extase.

Et, tous ces mystères de voix
Confondent leurs horribles phrases.
Sanglant, le soleil se rembrase,
Puis meurt. Il fait un noir de poix.

Et, dans ces trous que son pied rase,
L’enfant se perd, hurlant d’effroi :
Car il sent — mou, plat, grouillant, froid
Monter vers lui ce qu’il écrase
Dans la grande plaine de vase.

:: ADVERTISEMENTS ::
Share:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.