Tu Arbores Parfois Cette Grâce Bénigne By Emile Verhaeren

Tu Arbores Parfois Cette Grâce Bénigne Tu arbores parfois cette grâce bénigne Du matinal jardin tranquille et sinueux Qui déroule, là-bas, parmi les lointains bleus,…

Read More..

Plus Loin Que Les Gares, Le Soir By Emile Verhaeren

Plus Loin Que Les Gares, Le Soir L’ombre s’installe, avec brutalité ; Mais les ciseaux de la lumière, Au long des quais, coupent l’obscurité, A…

Read More..

L’Éternelle Lueur By Emile Verhaeren

L’Éternelle Lueur Dites, les gens, les vieilles gens, Que s’exaltent les coeurs dans vos hameaux ; Dites, les gens, les vieilles gens, Que la clarté…

Read More..

Les Moines By Emile Verhaeren

Les Moines Je vous invoque ici, Moines apostoliques, Chandeliers d’or, flambeaux de foi, porteurs de feu, Astres versant le jour aux siècles catholiques, Constructeurs éblouis…

Read More..

Légendes By Emile Verhaeren

Légendes Les horizons cuivrés des suprêmes automnes Meurent là-bas, au loin, dans un carnage d’or. Où sont-ils les héros des ballades teutonnes Qui cornaient, par…

Read More..

Le Cri By Emile Verhaeren

Le Cri Près d’un étang désert, où dort une eau brunie, Un rai du soir s’accroche au sommet d’un roseau ; Un cri s’écoute, un…

Read More..

La Nuit By Emile Verhaeren

La Nuit Depuis que dans la plaine immense il s’est fait soir, Avec de lourds marteaux et des blocs taciturnes, L’ombre bâtit ses murs et…

Read More..

Infinitely By Emile Verhaeren

Infinitely The hounds of despair, the hounds of the autumnal wind, Gnaw with their howling the black echoes of evenings. The darkness, immensely, gropes in…

Read More..

Comme À D’Autres, L’Heure Et L’Humeur By Emile Verhaeren

Comme À D’Autres, L’Heure Et L’Humeur Comme à d’autres, l’heure et l’humeur : L’heure morose ou l’humeur malévole Nous ont, de leurs sceaux noirs, marqué…

Read More..

A La Gloire Des Cieux By Emile Verhaeren

A La Gloire Des Cieux L’infini tout entier transparaît sous les voiles Que lui tissent les doigts des hivers radieux Et la forêt obscure et…

Read More..

Viens Jusqu’À Notre Seuil Répandre By Emile Verhaeren

Viens Jusqu’À Notre Seuil Répandre Viens jusqu’à notre seuil répandre Ta blanche cendre Ô neige pacifique et lentement tombée : Le tilleul du jardin tient…

Read More..

Soir Religieux (Iv) By Emile Verhaeren

Soir Religieux (Iv) Le déclin du soleil étend, jusqu’aux lointains, Son silence et sa paix comme un pâle cilice ; Les choses sont d’aspect méticuleux…

Read More..

Mon Village By Emile Verhaeren

Mon Village Une place minime et quelques rues, Avec un Christ au carrefour ; Et l’Escaut gris et puis la tour Qui se mire, parmi…

Read More..

Les Vents By Emile Verhaeren

Les Vents Noires syrinx d’ombre et de tôle, Les inégales cheminées, Sur les villes échelonnées, Au long des mers jusques au pôle, Grondent aux bises…

Read More..

Les Heures Claires By Emile Verhaeren

Les Heures Claires O la splendeur de notre joie, Tissée en or dans l’air de soie! Voici la maison douce et son pignon léger, Et…

Read More..

Le Printemps Jeune Et Bénévole By Emile Verhaeren

Le Printemps Jeune Et Bénévole Le printemps jeune et bénévole Qui vêt le jardin de beauté Elucide nos voix et nos paroles Et les trempe…

Read More..

L’Ancienne Gloire By Emile Verhaeren

L’Ancienne Gloire Dans le silence et la grandeur des cathédrales, La cité, riche avait jadis, dressé vers Dieu De merveilleux autels,, tordus comme des feux…

Read More..

La Foule By Emile Verhaeren

La Foule En ces villes d’ombre et d’ébène D’où s’élèvent des feux prodigieux ; En ces villes, où se démènent, Avec leurs chants, leurs cris…

Read More..

Epilogue By Emile Verhaeren

Epilogue Oh ! les heures du soir sous ces climats légers, La lumière en est belle et la lune y est douce, Et l’ombre souple…

Read More..

Celui De La Fatigue By Emile Verhaeren

Celui De La Fatigue Ce soir, l’homme de la fatigue A regarder s’illimiter la mer, Sous le règne du vent despote et des éclairs, Les…

Read More..

Une Statue (2) By Emile Verhaeren

Une Statue (2) Au carrefour des abattoirs et des casernes, Il apparaît, foudroyant et vermeil, Le sabre en bel éclair dans le soleil. Masque d’airain,…

Read More..

Si Morne! By Emile Verhaeren

Si Morne! Se replier toujours sur soi-même, si morne ! Comme un drap lourd, qu’aucun dessin de fleur n’adorne. Se replier, s’appesantir et se tasser…

Read More..

Lorsque S’Épand Sur Notre Seuil La Neige Fine By Emile Verhaeren

Lorsque S’Épand Sur Notre Seuil La Neige Fine Lorsque s’épand sur notre seuil la neige fine Au grain diamanté, J’entends tes pas venir rôder et…

Read More..

Les Plages By Emile Verhaeren

Les Plages Plages vides, avec toujours les mêmes flots Poussant les mêmes cris et les mêmes sanglots De l’un à l’autre bout des rivages de…

Read More..

Les Cierges By Emile Verhaeren

Les Cierges Ongles de feu, cierges ! – Ils s’allument, les soirs, Doigts mystiques dressés sur des chandeliers d’or, A minces et jaunes flammes, dans…

Read More..

Le Menuisier By Emile Verhaeren

Le Menuisier Le menuisier du vieux savoir Fait des cercles et des carrés, Tenacement, pour démontrer Comment l’âme doit concevoir Les lois indubitables et fécondes…

Read More..

La Vie Ardente By Emile Verhaeren

La Vie Ardente Mon coeur, Je l’ai rempli du beau tumulte humain : Tout ce qui fut vivant et haletant sur terre, Folle audace, volonté…

Read More..

La Bêche By Emile Verhaeren

La Bêche Le gel durcit les eaux ; le vent blémit les nues. A l’orient du pré, dans le sol rêche Est là qui monte…

Read More..

Décembre By Emile Verhaeren

Décembre – Ouvrez, les gens, ouvrez la porte, je frappe au seuil et à l’auvent, ouvrez, les gens, je suis le vent, qui s’habille de…

Read More..

Au Passant D’Un Soir By Emile Verhaeren

Au Passant D’Un Soir Dites, quel est le pas Des mille pas qui vont et passent Sur les grand’routes de l’espace, Dites, quel est le…

Read More..

Très Doucement, Plus Doucement Encore By Emile Verhaeren

Très Doucement, Plus Doucement Encore Très doucement, plus doucement encore, Berce ma tête entre tes bras, Mon front fiévreux et mes yeux las ; Très…

Read More..

Pieusement By Emile Verhaeren

Pieusement La nuit d’hiver élève au ciel son pur calice. Et je lève mon coeur aussi, mon coeur nocturne, Seigneur, mon cœur ! vers ton…

Read More..

L’Étal By Emile Verhaeren

L’Étal Au soir tombant, lorsque déjà l’essor De la vie agitée et rapace s’affaisse, Sous un ciel bas et mou et gonflé d’ombre épaisse, Le…

Read More..

Les Meules By Emile Verhaeren

Les Meules Comme des tentes pour les blés Les grandes meules fraternelles Se rassemblent l’hiver sur les champs isolés Et l’autan noir rôde autour d’elles…

Read More..

L’Effort By Emile Verhaeren

L’Effort Groupes de travailleurs, fiévreux et haletants, Qui vous dressez et qui passez au long des temps Avec le rêve au front des utiles victoires,…

Read More..

Le Clair Jardin C’Est La Santé By Emile Verhaeren

Le Clair Jardin C’Est La Santé Le clair jardin c’est la santé. Il la prodigue, en sa clarté, Au va-et-vient de ses milliers de mains,…

Read More..

La Neige By Emile Verhaeren

La Neige La neige tombe, indiscontinûment, Comme une lente et longue et pauvre laine, Parmi la morne et longue et pauvre plaine, Froide d’amour, chaude…

Read More..

Il Fait Novembre En Mon Âme By Emile Verhaeren

Il Fait Novembre En Mon Âme Rayures d’eau, longues feuilles couleur de brique, Par mes plaines d’éternité comme il en tombe ! Et de la…

Read More..

Combien Elle Est Facilement Ravie By Emile Verhaeren

Combien Elle Est Facilement Ravie Combien elle est facilement ravie Avec ses yeux d’extase ignée ; Elle, la douce et résignée Si simplement devant la…

Read More..

A La Belgique By Emile Verhaeren

A La Belgique Hélas, depuis les jours des suprêmes combats, Tes compagnes sont la frayeur et l’infortune ; Tu n’as plus pour pays que des…

Read More..

Viens Lentement T’Asseoir By Emile Verhaeren

Viens Lentement T’Asseoir Viens lentement t’asseoir Près du parterre dont le soir Ferme les fleurs de tranquille lumière, Laisse filtrer la grande nuit en toi…

Read More..

Soir Religieux (V) By Emile Verhaeren

Soir Religieux (V) Un silence souffrant pénètre au coeur des choses, Les bruits ne remuent plus qu’affaiblis par le soir, Et les ombres, quittant les…

Read More..

Mon Ami, Le Paysage By Emile Verhaeren

Mon Ami, Le Paysage J’ai pour voisin et compagnon Un vaste et puissant paysage Qui change et luit comme un visage Devant le seuil de…

Read More..

Les Usines By Emile Verhaeren

Les Usines Se regardant avec les yeux cassés de leurs fenêtres Et se mirant dans l’eau de poix et de salpêtre D’un canal droit, marquant…

Read More..

Les Gueux By Emile Verhaeren

Les Gueux La misère séchant ses loques sur leur dos, Aux jours d’automne, un tas de gueux, sortis des bouges, Rôdaient dans les brouillards et…

Read More..

Le Port By Emile Verhaeren

Le Port Toute la mer va vers la ville ! Son port est surmonté d’un million de croix : Vergues transversales barrant de grands mâts…

Read More..

L’Âme De La Ville By Emile Verhaeren

L’Âme De La Ville Les toits semblent perdus Et les clochers et les pignons fondus, Dans ces matins fuligineux et rouges, Où, feu à feu,…

Read More..

La Folie By Emile Verhaeren

La Folie Routes de fer vers l’horizon : Blocs de cendres, talus de schistes, Où sur les bords un agneau triste Broute les poils d’un…

Read More..

Et Te Donner Ne Suffit Plus, Tu Te Prodigues By Emile Verhaeren

Et Te Donner Ne Suffit Plus, Tu Te Prodigues Et te donner ne suffit plus, tu te prodigues : L’élan qui t’emporte à nous aimer…

Read More..

Celle Du Jardin By Emile Verhaeren

Celle Du Jardin Je vis l’Ange gardienne en tel jardin s’asseoir Sous des nimbes de fleurs irradiantes Et des vignes comme en voussoir ; Auprès…

Read More..

Une Statue (1) By Emile Verhaeren

Une Statue (1) On le croyait fondateur de la ville, Venu de pays clairs et lointains, Avec sa crosse entre les mains, Et, sur son…

Read More..

Roses De Juin, Vous Les Plus Belles By Emile Verhaeren

Roses De Juin, Vous Les Plus Belles Roses de juin, vous les plus belles, Avec vos coeurs de soleil transpercés ; Roses violentes et tranquilles,…

Read More..

L’Orgueil By Emile Verhaeren

L’Orgueil Non plus parce qu’il vit d’angoisse et de souffrance, Mais parce qu’à chaque heure il crée une espérance, L’âpre univers est plein de foi….

Read More..

Les Pêcheurs By Emile Verhaeren

Les Pêcheurs Le site est floconneux de brume Qui s’épaissit en bourrelets, Autour des seuils et des volets, Et, sur les berges, fume. Le fleuve…

Read More..

Les Chaumes By Emile Verhaeren

Les Chaumes A cropetons, ainsi que les pauvres Maries Des légendes de l’autrefois, Par villages, sous les cieux froids, Sont assises les métairies : Chaumes…

Read More..

Le Ménétrier By Emile Verhaeren

Le Ménétrier Soir de juillet torride et sec. Serrant le bois sonore au creux de son épaule, Un joueur de rebec S’est lentement assis et…

Read More..

La Vachère By Emile Verhaeren

La Vachère Le mouchoir sur la nuque et la jupe lâchée, Dès l’aube, elle est venue au pacage, de loin ; Mais sommeillante encore, elle…

Read More..

La Barque By Emile Verhaeren

La Barque Il gèle et des arbres pâlis de givre clair Montent au loin, ainsi que des faisceaux de lune ; Au ciel purifié, aucun…

Read More..

Dans La Maison Où Notre Amour A Voulu Naître By Emile Verhaeren

Dans La Maison Où Notre Amour A Voulu Naître Dans la maison où notre amour a voulu naître, Avec les meubles chers peuplant l’ombre et…

Read More..

Au Nord By Emile Verhaeren

Au Nord Deux vieux marins des mer& du Nord S’en revenaient, un soir d’automne, De la Sicile et de ses îles souveraines, Avec un peuple…

Read More..