Year: 2010

L’ombre, Le Plomb, La Mort, La Tombe, Le Néant ! – Victor Hugo

L’ombre, Le Plomb, La Mort, La Tombe, Le Néant ! – Victor Hugo

L’ombre, le plomb, la mort, la tombe, le néant ! Nul ne vit près de vous dressé sur son séant ; Et vous pétrifiez d’une haleine sordide Le jeune homme naïf, étincelant, splendide ; Et vous vous approchez de l’aurore, endormeurs ! A Pindare serein plein d’épiques rumeurs, A So... »

Liberty, Equality, Fraternity – Victor Hugo

Liberty, Equality, Fraternity – Victor Hugo

Liberty, Equality, Fraternity For centuries past this war-madness Has laid hold of each combative race, While our God takes but heed of the flower, And that sun, moon, and stars keep their place. The sight of the heavens above us, The bird’s nest and lily-like snow, Drive not from the brain of... »

Letter – Victor Hugo

Letter – Victor Hugo

Letter You can see it already: chalks and ochers; Country crossed with a thousand furrow-lines; Ground-level rooftops hidden by the shrubbery; Sporadic haystacks standing on the grass; Smoky old rooftops tarnishing the landscape; A river (not Cayster or Ganges, though: A feeble Norman salt-infested ... »

Les Rires Étouffés Des Folles Jeunes Filles, – Victor Hugo

Les Rires Étouffés Des Folles Jeunes Filles, – Victor Hugo

Les rires étouffés des folles jeunes filles, Les doux chuchotements dans l’angle obscur du bois ; Tu courtisais ta belle esclave quelquefois, Myrtale aux blonds cheveux, qui s’irrite et se cabre Comme la mer creusant les golfes de Calabre, Ou bien tu t’accoudais à la table, buvant ... »

Les Parfums, Qu’on Croit Muets, – Victor Hugo

Les Parfums, Qu’on Croit Muets, – Victor Hugo

Les parfums, qu’on croit muets, Content les peines secrètes Des liserons aux bleuets. Les petites ailes blanches Sur les eaux et les sillons S’abattent en avalanches ; Il neige des papillons. Et sur la mer, qui reflète L’aube au sourire d’émail, La bruyère violette Met au vie... »

Les Enfants Pauvres (Poor Little Children) – Victor Hugo

Les Enfants Pauvres (Poor Little Children) – Victor Hugo

Les Enfants Pauvres (Poor Little Children) Prenez garde à ce petit être ; Il est bien grand, il contient Dieu. Les enfants sont, avant de naître, Des lumières dans le ciel bleu. Dieu nous les offre en sa largesse ; Ils viennent ; Dieu nous en fait don ; Dans leur rire il met sa sagesse Et dans leur ... »

Les Eaux, Les Prés, Les Monts, Les Refuges Charmants, – Victor Hugo

Les Eaux, Les Prés, Les Monts, Les Refuges Charmants, – Victor Hugo

Les eaux, les prés, les monts, les refuges charmants, Et les grands horizons pleins de rayonnements ! Maître ! puisque voici la saison des pervenches, Si tu veux, chaque nuit, en écartant les branches, Sans éveiller d’échos à nos pas hasardeux, Nous irons tous les trois, c’est-à-dire tou... »

Les Créations, L’astre Et L’homme, Les Essieux – Victor Hugo

Les Créations, L’astre Et L’homme, Les Essieux – Victor Hugo

Les créations, l’astre et l’homme, les essieux De ces chars de soleil que nous nommons les cieux, Les globes, fruits vermeils des divines ramées, Les comètes d’argent dans un champ noir semées, Larmes blanches du drap mortuaire des nuits, Les chaos, les hivers, ces lugubres ennuis,... »

Le Toit Espère La Gerbe, – Victor Hugo

Le Toit Espère La Gerbe, – Victor Hugo

Le toit espère la gerbe, Pain d’abord et chaume après ; La croupe du boeuf dans l’herbe Semble un mont dans les forêts. L’étang rit à la macreuse, Le pré rit au loriot, Pendant que l’ornière creuse Gronde le lourd chariot. L’or fleurit en giroflée; L’ancien zéphir... »

L’enfance (Childhood) – Victor Hugo

L’enfance (Childhood) – Victor Hugo

L’Enfance (Childhood) L’enfant chantait; la mère au lit, exténuée, Agonisait, beau front dans l’ombre se penchant ; La mort au-dessus d’elle errait dans la nuée ; Et j’écoutais ce râle, et j’entendais ce chant. L’enfant avait cinq ans, et près de la fenêtre ... »

Le Matin (Morning) – Victor Hugo

Le Matin (Morning) – Victor Hugo

Le Matin (Morning) Moriturus moriturae ! Le voile du matin sur les monts se déploie. Vois, un rayon naissant blanchit la vieille tour ; Et déjà dans les cieux s’unit avec amour, Ainsi que la gloire à la joie, Le premier chant des bois aux premiers feux du jour. Oui, souris à l’éclat dont... »

Le Manteau Impérial (The Imperial Mantle) – Victor Hugo

Le Manteau Impérial (The Imperial Mantle) – Victor Hugo

Le Manteau Impérial (The Imperial Mantle) Le manteau impérial O ! vous dont le travail est joie, Vous qui n’avez pas d’autre proie Que les parfums, souffles du ciel, Vous qui fuyez quand vient décembre, Vous qui dérobez aux fleurs l’ambre Pour donner aux hommes le miel, Chastes buv... »

Le Ciel, Qui Sait Nos Maux Et Nos Douleurs, – Victor Hugo

Le Ciel, Qui Sait Nos Maux Et Nos Douleurs, – Victor Hugo

Le ciel, qui sait nos maux et nos douleurs, Prend en pitié nos jours vains et sonores. Chaque matin, il baigne de ses pleurs Nos aurores. Dieu nous éclaire, à chacun de nos pas, Sur ce qu’il est et sur ce que nous sommes ; Une loi sort des choses d’ici-bas, Et des hommes ! Cette loi sain... »

La Tombe Dit À La Rose (The Grave And The Rose) – Victor Hugo

La Tombe Dit À La Rose (The Grave And The Rose) – Victor Hugo

La Tombe Dit À La Rose (The Grave And The Rose) La tombe dit à la rose : – Des pleurs dont l’aube t’arrose Que fais-tu, fleur des amours ? La rose dit à la tombe : – Que fais-tu de ce qui tombe Dans ton gouffre ouvert toujours ? La rose dit : – Tombeau sombre, De ces pl... »

L’art Et Le Peuple (Art And The People) – Victor Hugo

L’art Et Le Peuple (Art And The People) – Victor Hugo

L’Art Et Le Peuple (Art And The People) I L’art, c’est la gloire et la joie. Dans la tempête il flamboie ; Il éclaire le ciel bleu. L’art, splendeur universelle, Au front du peuple étincelle, Comme l’astre au front de Dieu. L’art est un champ magnifique Qui plaît ... »

L’air Enivre ; Tu Reposes – Victor Hugo

L’air Enivre ; Tu Reposes – Victor Hugo

L’air enivre ; tu reposes A mon cou tes bras vainqueurs. Sur les rosiers que de roses ! Que de soupirs dans nos coeurs ! Comme l’aube, tu me charmes ; Ta bouche et tes yeux chéris Ont, quand tu pleures, ses larmes, Et ses perles quand tu ris. La nature, soeur jumelle D’Eve et dR... »

La Grand-Mère (The Grandmother) – Victor Hugo

La Grand-Mère (The Grandmother) – Victor Hugo

La Grand-Mère (The Grandmother) To die – to sleep. Shakespeare « Dors-tu ?… réveille-toi, mère de notre mère ! Car ton sommeil souvent ressemble à ta prière. Mais, ce soir, on dirait la madone de pierre ; Ta lèvre est immobile et ton souffle est muet. « Pourquoi courber ton front plus ba... »

La Fiancée Du Timbalier (The Cymbaleer’s Bride) – Victor Hugo

La Fiancée Du Timbalier (The Cymbaleer’s Bride) – Victor Hugo

La Fiancée Du Timbalier (The Cymbaleer’s Bride) ‘ Monseigneur le duc de Bretagne A, pour les combats meurtriers, Convoqué de Nante à Mortagne, Dans la plaine et sur la montagne, L’arrière-ban de ses guerriers. Ce sont des barons dont les armes Ornent des forts ceints d’un fos... »

La Gaîté Manque Au Grand Roi Sans Amours ; – Victor Hugo

La Gaîté Manque Au Grand Roi Sans Amours ; – Victor Hugo

La gaîté manque au grand roi sans amours ; La goutte d’eau manque au désert immense. L’homme est un puits où le vide toujours Recommence. Vois ces penseurs que nous divinisons, Vois ces héros dont les fronts nous dominent, Noms dont toujours nos sombres horizons S’illuminent ! Aprè... »

Jersey – Victor Hugo

Jersey – Victor Hugo

Jersey Dear Jersey! jewel jubilant and green, ‘Midst surge that splits steel ships, but sings to thee! Thou fav’rest Frenchmen, though from England seen, Oft tearful to that mistress ‘North Countree’; Returned the third time safely here to be, I bless my bold Gibraltar of the... »

La Captive (The Turkish Captive) – Victor Hugo

La Captive (The Turkish Captive) – Victor Hugo

La Captive (The Turkish Captive) Si je n’étais captive, J’aimerais ce pays, Et cette mer plaintive, Et ces champs de maïs, Et ces astres sans nombre, Si le long du mur sombre N’étincelait dans l’ombre Le sabre des spahis. Je ne suis point tartare Pour qu’un eunuque noir... »

June Nights – Victor Hugo

June Nights – Victor Hugo

June Nights In summer, when day has fled, the plain covered with flowers Pours out far away an intoxicating scent; Eyes shut, ears half open to noises, We only half sleep in a transparent slumber. The stars are purer, the shade seems pleasanter; A hazy half-day colours the eternal dome; And the swee... »

La Fée Et La Péri (The Fay And The Peri) – Victor Hugo

La Fée Et La Péri (The Fay And The Peri) – Victor Hugo

La Fée Et La Péri (The Fay And The Peri) I Enfants ! si vous mouriez, gardez bien qu’un esprit De la route des cieux ne détourne votre âme ! Voici ce qu’autrefois un vieux sage m’apprit : – Quelques démons, sauvés de l’éternelle flamme, Rebelles moins pervers que l̵... »

Jean Chouan – Victor Hugo

Jean Chouan – Victor Hugo

Jean Chouan The Whites fled, and the Blues fired down the glade. A hill the plain commanded and surveyed, And round this hill, of trees and verdure bare, Wild forests closed th’ horizon everywhere. Safe hold and rampart were behind the mount: There the Whites halt, and their small numbers coun... »

Je Verrai Cet Instant Jusqu’à Ce Que Je Meure, – Victor Hugo

Je Verrai Cet Instant Jusqu’à Ce Que Je Meure, – Victor Hugo

Je verrai cet instant jusqu’à ce que je meure, L’instant, pleurs superflus ! Où je criai : L’enfant que j’avais tout à l’heure, Quoi donc ! je ne l’ai plus ! Ne vous irritez pas que je sois de la sorte, Ô mon Dieu ! cette plaie a si longtemps saigné ! L’ango... »

Je Pressais Ton Bras Qui Tremble – Victor Hugo

Je Pressais Ton Bras Qui Tremble – Victor Hugo

Je Pressais Ton Bras Qui Tremble Je pressais ton bras qui tremble ; Nous marchions tous deux ensemble, Tous deux heureux et vainqueurs. La nuit était calme et pure ; Dieu remplissait la nature L’amour emplissait nos coeurs. Tendre extase ! saint mystère ! Entre le ciel et la terre Nos deux esp... »

Je Prendrai Par La Main Les Deux Petits Enfants – Victor Hugo

Je Prendrai Par La Main Les Deux Petits Enfants – Victor Hugo

Je Prendrai Par La Main Les Deux Petits Enfants Je prendrai par la main les deux petits enfants ; J’aime les bois où sont les chevreuils et les faons, Où les cerfs tachetés suivent les biches blanches Et se dressent dans l’ombre effrayés par les branches ; Car les fauves sont pleins d... »

Je Ne Vois Pas Pourquoi Je Ferais Autre Chose – Victor Hugo

Je Ne Vois Pas Pourquoi Je Ferais Autre Chose – Victor Hugo

Je Ne Vois Pas Pourquoi Je Ferais Autre Chose Je ne vois pas pourquoi je ferais autre chose Que de rêver sous l’arbre où le ramier se pose ; Les chars passent, j’entends grincer les durs essieux ; Quand les filles s’en vont laver à la fontaine, Elles prêtent l’oreille à ma ch... »

Je Ne Me Mets Pas En Peine – Victor Hugo

Je Ne Me Mets Pas En Peine – Victor Hugo

Je Ne Me Mets Pas En Peine Je ne me mets pas en peine Du clocher ni du beffroi ; Je ne sais rien de la reine, Et je ne sais rien du roi ; J’ignore, je le confesse, Si le seigneur est hautain, Si le curé dit la messe En grec ou bien en latin ; S’il faut qu’on pleure ou qu’on d... »

Je Ne Veux Condamner Personne, Ô Sombre Histoire – Victor Hugo

Je Ne Veux Condamner Personne, Ô Sombre Histoire – Victor Hugo

Je Ne Veux Condamner Personne, Ô Sombre Histoire Je ne veux condamner personne, ô sombre histoire. Le vainqueur est toujours traîné par sa victoire Au-delà de son but et de sa volonté ; Guerre civile ! ô deuil ! le vainqueur emporté Perd pied dans son triomphe et sombre en cette eau noire Qu’o... »

Je Ne Reverrai Pas Ta Rive Qui Nous Tente, – Victor Hugo

Je Ne Reverrai Pas Ta Rive Qui Nous Tente, – Victor Hugo

Je ne reverrai pas ta rive qui nous tente, France ! hors le devoir, h�las ! j’oublierai tout. Parmi les �prouv�s je planterai ma tente : Je resterai proscrit, voulant rester debout. J’accepte l’�pre exil, n’e�t-il ni fin ni terme, Sans chercher � savoir et sans consid�rer Si ... »

Je N’ai Pas De Palais Épiscopal En Ville – Victor Hugo

Je N’ai Pas De Palais Épiscopal En Ville – Victor Hugo

Je N’Ai Pas De Palais Épiscopal En Ville Je n’ai pas de palais épiscopal en ville, Je n’ai pas de prébende et de liste civile, Nul temple n’offre un trône à mon humilité, Nul suisse en colonel ne brille à mon côté, Je ne me montre pas aux gros yeux des ganaches Sous un dais, ... »

Je La Revois, Après Vingt Ans, L’île Où Décembre – Victor Hugo

Je La Revois, Après Vingt Ans, L’île Où Décembre – Victor Hugo

Je La Revois, Après Vingt Ans, L’Île Où Décembre Je la revois, après vingt ans, l’île où Décembre Me jeta, pâle naufragé. La voilà ! c’est bien elle. Elle est comme une chambre Où rien encor n’est dérangé. Oui, c’était bien ainsi qu’elle était ; il me semble Qu... »

Je Conviens À Genoux Que Vous Seul, Père Auguste, – Victor Hugo

Je Conviens À Genoux Que Vous Seul, Père Auguste, – Victor Hugo

Je conviens à genoux que vous seul, père auguste, Possédez l’infini, le réel, l’absolu ; Je conviens qu’il est bon, je conviens qu’il est juste Que mon coeur ait saigné, puisque Dieu l’a voulu ! Je ne résiste plus à tout ce qui m’arrive Par votre volonté. L’... »

Janvier Est Revenu. Ne Crains Rien, Noble Femme! – Victor Hugo

Janvier Est Revenu. Ne Crains Rien, Noble Femme! – Victor Hugo

Janvier Est Revenu. Ne Crains Rien, Noble Femme! Janvier est revenu. Ne crains rien, noble femme ! Qu’importe l’an qui passe et ceux qui passeront ! Mon amour toujours jeune est en fleur dans mon âme ; Ta beauté toujours jeune est en fleur sur ton front. Sois toujours grave et douce, ô t... »

J’aime L’araignée – Victor Hugo

J’aime L’araignée – Victor Hugo

J’Aime L’Araignée J’aime l’araignée et j’aime l’ortie, Parce qu’on les hait ; Et que rien n’exauce et que tout châtie Leur morne souhait ; Parce qu’elles sont maudites, chétives, Noirs êtres rampants ; Parce qu’elles sont les tristes captiv... »

J’ai Plus D’un Souvenir Profondément Gravé, – Victor Hugo

J’ai Plus D’un Souvenir Profondément Gravé, – Victor Hugo

J’ai plus d’un souvenir profondément gravé, Et l’on peut distinguer bien des choses passées Dans ces plis de mon front que creusent mes pensées. Certes, plus d’un vieillard sans flamme et sans cheveux, Tombé de lassitude au bout de tous ses voeux, Pâlirait s’il voyait, ... »

J’ai Donc Eu Tort. C’est Dit. Mais C’est Assez Punir, – Victor Hugo

J’ai Donc Eu Tort. C’est Dit. Mais C’est Assez Punir, – Victor Hugo

J’ai donc eu tort. C’est dit. Mais c’est assez punir, Mais il faut pardonner, mais il faut revenir. Voyons, faisons la paix, je vous prie à mains jointes. Tenez, crayons, papiers, mon vieux compas sans pointes, Mes laques et mes grès, qu’une vitre défend, Tous ces hochets de ... »

J’ai Cueilli Cette Fleur Pour Toi Sur La Colline – Victor Hugo

J’ai Cueilli Cette Fleur Pour Toi Sur La Colline – Victor Hugo

J’Ai Cueilli Cette Fleur Pour Toi Sur La Colline J’ai cueilli cette fleur pour toi sur la colline. Dans l’âpre escarpement qui sur le flot s’incline, Que l’aigle connaît seul et seul peut approcher, Paisible, elle croissait aux fentes du rocher. L’ombre baignait l... »

Insondable, Immuable, Éternel, Absolu – Victor Hugo

Insondable, Immuable, Éternel, Absolu – Victor Hugo

Insondable, Immuable, Éternel, Absolu Insondable, immuable, éternel, absolu ; Face de vision ; être qui toujours crée ; Centre ; rayonnement d’épouvante sacrée ; Toute-puissance ayant des devoirs et des lois ; Présence sans figure et sans borne et sans voix ; Seul, pour prunelle ayant l’... »

Indignation – Victor Hugo

Indignation – Victor Hugo

Indignation Thou who loved Juvenal, and filed His style so sharp to scar imperial brows, And lent the lustre lightening The gloom in Dante’s murky verse that flows,– Muse Indignation! haste and help My building up before this roseate realm And its fruitless victories, Whence transient sh... »

Ils T’enseignent Ainsi Que L’aube Éclaire Un Cloître – Victor Hugo

Ils T’enseignent Ainsi Que L’aube Éclaire Un Cloître – Victor Hugo

Ils t’enseignent ainsi que l’aube éclaire un cloître À mesure qu’il plonge en ton coeur plus avant, Leur chaud rayon t’apaise et te fait plus vivant ; Ton âme interrogée est prête à leur répondre ; Tu te reconnais bon, puis meilleur; tu sens fondre, Comme la neige au feu, ton... »

Imperial Revels – Victor Hugo

Imperial Revels – Victor Hugo

Imperial Revels Cheer, courtiers! round the splendid spread,— The board that groans with shame and plate; Still fawning to the sham-crowned head That hopes its brass will turn its fate! Drink till the comer last is full, And never hear in revels’ lull, Grim Vengeance forging arrows fleet, Whil... »

Il Faut Que Le Poète – Victor Hugo

Il Faut Que Le Poète – Victor Hugo

Il Faut Que Le Poète Il faut que le poète, épris d’ombre et d’azur, Esprit doux et splendide, au rayonnement pur, Qui marche devant tous, éclairant ceux qui doutent, Chanteur mystérieux qu’en tressaillant écoutent Les femmes, les songeurs, les sages, les amants, Devienne formidable... »

Il Fait Froid – Victor Hugo

Il Fait Froid – Victor Hugo

Il Fait Froid L’hiver blanchit le dur chemin Tes jours aux méchants sont en proie. La bise mord ta douce main ; La haine souffle sur ta joie. La neige emplit le noir sillon. La lumière est diminuée… Ferme ta porte à l’aquilon ! Ferme ta vitre à la nuée ! Et puis laisse ton coeur ou... »

If My Verses Had The Wings – Victor Hugo

If My Verses Had The Wings – Victor Hugo

If My Verses Had The Wings Songs as sweet as summer brings, To your flowery lawn should fly If my verses had the wings— Wings of birds that haunt the sky. Like the spark that upward springs, They would seek your smiling hearth, If my verses had the wings— Wings such as a spirth hath. Near you, close... »

Hymne Des Transportés (Hymn Of The Transported) – Victor Hugo

Hymne Des Transportés (Hymn Of The Transported) – Victor Hugo

Hymne Des Transportés (Hymn Of The Transported) Prions ! voici l’ombre sereine. Vers toi, grand Dieu, nos yeux et nos bras sont levés. Ceux qui t’offrent ici leurs larmes et leur chaîne Sont les plus douloureux parmi les éprouvés. Ils ont le plus d’honneur ayant le plus de peine. S... »

Hymne – Victor Hugo

Hymne – Victor Hugo

Hymne Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie Ont droit qu’à leur cercueil la foule vienne et prie. Entre les plus beaux noms leur nom est le plus beau. Toute gloire près d’eux passe et tombe éphémère ; Et, comme ferait une mère, La voix d’un peuple entier les berce en leur t... »

Horror – Victor Hugo

Horror – Victor Hugo

Horror Esprit mystérieux qui, le doigt sur ta bouche, Passes… ne t’en va pas ! parle à l’homme farouche Ivre d’ombre et d’immensité, Parle-moi, toi, front blanc qui dans ma nuit te penches ! Réponds-moi, toi qui luis et marches sous les branches Comme un souffle de la c... »

Hier, La Nuit D’été, Qui Nous Prêtait Ses Voiles – Victor Hugo

Hier, La Nuit D’été, Qui Nous Prêtait Ses Voiles – Victor Hugo

Hier, La Nuit D’Été, Qui Nous Prêtait Ses Voiles Hier, la nuit d’été, qui nous prêtait ses voiles, Etait digne de toi, tant elle avait d’étoiles ! Tant son calme était frais ! tant son souffle était doux ! Tant elle éteignait bien ses rumeurs apaisées ! Tant elle répandait d’... »

His Beard Was Silver, As In April All – Victor Hugo

His Beard Was Silver, As In April All – Victor Hugo

His beard was silver, as in April all A stream may be; he did not grudge a stook. When the poor gleaner passed, with kindly look, Quoth he, ‘Of purpose let some handfuls fall.’ He walked his way of life straight on and plain, With justice clothed, like linen white and clean, And ever rus... »

Hier Au Soir – Victor Hugo

Hier Au Soir – Victor Hugo

Hier Au Soir Hier, le vent du soir, dont le souffle caresse, Nous apportait l’odeur des fleurs qui s’ouvrent tard ; La nuit tombait ; l’oiseau dormait dans l’ombre épaisse. Le printemps embaumait, moins que votre jeunesse ; Les astres rayonnaient, moins que votre regard. Moi,... »

Heureux L’homme Occupé … – Victor Hugo

Heureux L’homme Occupé … – Victor Hugo

Heureux L’Homme Occupé … Heureux l’homme, occupé de l’éternel destin, Qui, tel qu’un voyageur qui part de grand matin, Se réveille, l’esprit rempli de rêverie, Et, dès l’aube du jour, se met à lire et prie ! A mesure qu’il lit, le jour vient lentement ... »

Hermina – Victor Hugo

Hermina – Victor Hugo

Hermina J’atteignais l’âge austère où l’on est fort en thème, Où l’on cherche, enivré d’on ne sait quel parfum, Afin de pouvoir dire éperdument Je t’aime ! Quelqu’un. J’entrais dans ma treizième année. Ô feuilles vertes ! Jardins ! croissance obscure e... »

Hélas ! J’ai Fouillé Tout. J’ai Voulu Voir Le Fond. – Victor Hugo

Hélas ! J’ai Fouillé Tout. J’ai Voulu Voir Le Fond. – Victor Hugo

Hélas ! j’ai fouillé tout. J’ai voulu voir le fond. Pourquoi le mal en nous avec le bien se fond, J’ai voulu le savoir. J’ai dit : Que faut-il croire ? J’ai creusé la lumière, et l’aurore, et la gloire, L’enfant joyeux, la vierge et sa chaste frayeur, Et l&#... »

Halte En Marchant – Victor Hugo

Halte En Marchant – Victor Hugo

Halte En Marchant Une brume couvrait l’horizon ; maintenant, Voici le clair midi qui surgit rayonnant ; Le brouillard se dissout en perles sur les branches, Et brille, diamant, au collier des pervenches. Le vent souffle à travers les arbres, sur les toits Du hameau noir cachant ses chaumes dan... »

Fulgur – Victor Hugo

Fulgur – Victor Hugo

Fulgur L’océan me disait : Ô poëte, homme juste, J’ai parfois comme toi cette surprise auguste Qu’il me descend des cieux une immense rougeur ; Et je suis traversé tout à coup, ô songeur, Par la foudre sublime, irritée et haïe Comme toi par l’esprit sinistre d’Isaïe ; L... »

Guitare – Victor Hugo

Guitare – Victor Hugo

Guitare Gastibelza, l’homme à la carabine, Chantait ainsi: ‘ Quelqu’un a-t-il connu dona Sabine ? Quelqu’un d’ici ? Dansez, chantez, villageois ! la nuit gagne Le mont Falù. – Le vent qui vient à travers la montagne Me rendra fou ! Quelqu’un de vous a-t-il c... »

God Whose Gifts In Gracious Flood – Victor Hugo

God Whose Gifts In Gracious Flood – Victor Hugo

God Whose Gifts In Gracious Flood God, whose gifts in gracious flood Unto all who seek are sent, Only asks you to be good, And is content. So the world, when all things are Sparkling, yet does nought ignite, Only asks you to be fair, And finds delight. And my heart, in the sweet shade Of two beauteo... »

Georges Et Jeanne – Victor Hugo

Georges Et Jeanne – Victor Hugo

Georges Et Jeanne Moi qu’un petit enfant rend tout à fait stupide, J’en ai deux ; George et Jeanne ; et je prends l’un pour guide Et l’autre pour lumière, et j’accours à leur voix, Vu que George a deux ans et que Jeanne a dix mois. Leurs essais d’exister sont divi... »